Arbres et arbustes Il n'y a aucun produit dans cette catégorie.

Sous-catégories

  • Processionnaire du pin

    >>> CHENILLES : mode de vie, dégâts, détecter leur présence

    La processionnaire du pin est devenue un vrai sujet d’inquiétude. Ses soies urticantes peuvent entraîner de graves problèmes cliniques chez les humains et affecter sérieusement les animaux comme les chiens.

    Chaque année, mes clients me témoignent des problèmes rencontrés à causes des chenilles processionnaires :

    • « J’ai passé ma tondeuse sur des chenilles en procession. Très volatiles, ces poils m’ont atteint tout le corps, ça m’a gratté pendant 3 jours »
    • « J’ai dû conduire, en urgence, chez mon vétérinaire, mon chien qui semblait s’étouffer ! Conclusion du vétérinaire, votre chien a dû être en contact avec des chenilles processionnaires. En effet sa gorge avait fortement gonflé. »

    Les pulvérisations aériennes, dont l’efficacité reste encore à prouver, n’étant plus réalisées sur certaines communes, j’ai souhaité vous proposer une lutte alternative performante.

    Je vous propose seulement 3 produits pour réguler de façon considérable ces nuisibles avec des méthodes 100% écologiques !!!

    Pour un résultat maximal, la combinaison du nichoir, de l’éco-piège et du piège à phéromones est indispensable. 

  • Pyrale du buis

    >>> Mode de vie, dégâts, détecter leur présence

    Arrivé en France en 2008, depuis les frontières de l'est, l'insecte a colonisé en moins de 10 ans l'ensemble du pays.

    Les amateurs de jardin à la française ont du souci à se faire : la chenille vorace de ce papillon nocturne (Cydalima perspectalis) dévore à pleines mandibules les délicates feuilles du buis.

    Depuis 2014, j’observe une recrudescence des problèmes liés à cette chenille. L’invasion est si grave que certains jardiniers (notamment dans les jardins de Versailles) se tournent vers d’autres espèces de plantes ressemblantes aux buis mais moins fragiles.

    Les vols de papillons de pyrale du buis s’observent entre juin et octobre.

    Deux à trois générations se succèdent dans l’année, cependant, c’est dès le mois de mars que les attaques de chenilles ont lieu car la dernière génération passe l'hiver dans des cocons, sur la plante, et les chenilles en émergent en mars : les dégâts s'observent donc dès le début du printemps.

    Alors dès l’apparition des premiers beaux jours, soyez vigilants !!!

  • Charançon rouge du...

    Le tueur des palmiers, comme il a été baptisé, contamine depuis 2006 le sud de l’Europe et de la France.

    Le charançon rouge des palmiers est une espèce d’insectes coléoptères. Il est considéré comme nuisible pour les plantations de palmiers.

    Il fait en France, l’objet d’un arrêté national contre l’espèce. Ce ravageur est très redoutable. Les premiers symptômes d'une attaque par le Charançon Rouge n'apparaissent que bien après le début de l'infestation. Les dégâts internes sont particulièrement importants, les plantes fortement attaquées perdent la totalité de leurs palmes et meurent après pourrissement.

    Savez-vous que le seul prédateur de coléoptère est l’homme ?

    En effet, en Papouasie Nouvelle Guinée, les hommes sont très friands de ces larves crues ou cuites.

  • Mineuse du marronnier

    C'est un petit papillon (3 à 5 mm) dont la chenille ravageuse est appelée « mineuse » ou « teigne minière du marronnier ». Cet insecte qui était inconnu de la science avant les années 1980, est en quelques années, pour des raisons inconnues, devenu ravageur, infestant des millions de marronniers dans presque toute l'Europe occidentale, provoquant le dessèchement du feuillage prématurément en été.

    On l’appelle « mineuse », une chenille minuscule qui creuse des galeries dans le limbe des feuilles, formant ce qu’on appelle une mine.

    Bordeaux fut la première ville à chercher des solutions, comme le piégeage à l’aide de phéromone. Depuis d’autres villes ont recours à cette méthode.

  • Processionnaire du chêne

    La processionnaire du chêne est un ravageur spécifique des chênes à feuilles caduques.

    Les chenilles peuvent occasionner des défoliations importantes. Par ailleurs, elles sont redoutées pour les urtications qu’elles peuvent provoquer chez l’homme et les animaux domestiques.

    Encore une fois, comme la processionnaire du pin, la mésange est le seul prédateur de la processionnaire du chêne.